Escaliers hélicoïdaux : quel sens de rotation ?

Saviez-vous pourquoi les escaliers à vis des ouvrages défensifs du Moyen Age étaient construits dans le sens des aiguilles d’une montre en montant ?
C’est pour que le défenseur, du haut de l’escalier ait l’avantage d’une plus grande liberté de mouvement de la main droite qui porte l’épée. L’assaillant, sauf si il est gaucher, est géné par le noyau central de l’escalier qui limite ses mouvements.

Il faut préciser cette convention pour décrire le sens de rotation : on regarde toujours l’escalier à partir de son niveau de départ et on décrit la rotation en montant, dans le sens des aiguilles d’une montre (dit aussi sens horaire, ou rotation à droite) ou dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (on dit aussi sens anti-horaire ou rotation à gauche).

Première remarque : on n’a pas toujours le choix du sens de rotation car, assez souvent, la position des paliers, des cloisons, la répartition des marches par hauteur et giron imposent une solution unique.

Mais dans les cas où l’implantation est libre, quel sens de rotation préférer ?

Pour l’architecte  J. Denfer, professeur à l’Ecole Centrale, dans son traité d’Architecture et Constructions Civiles (1892) :

« Il est toujours préférable de monter en ayant  le jour à droite. on s’aide alors avec la main droite de la rampe qui le garnit toujours de ce côté ».

Le sens contraire a donc la faveur de cet expert, pour faciliter la montée.

Plus près de nous, (1992)  le scientifique américain John Templer, auteur d’études approfondies sur les escaliers,  recommande le sens des aiguilles d’une montre :

« …to avoid the generation of conflicting streams of traffic. »

  Son raisonnement : donner la priorité à celui qui descend  réduit le risque d’accident. En cas de croisement, celui qui monte, conditionné par le Code la Route se décale naturellement à droite et laisse la priorité (et la rampe) à celui qui descend. 

L’inverse serait donc vrai Outre Manche où on roule toujours à gauche !

1 Comment

  1. Pauvres gauchers sacrifiés sur les marches (il n’y a donc pas qu’à Uxmal ou Chichen Itza qu’on s’en prend à eux) !
    Pour une égalité des droits, pour une parité sans quota, pas besoin de faire la révolution, une seule solution avait défini le grand Léonard (elle lui avait échappée à 2,50m) : vivez à Chambord !
    bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *